Abbaye de Berteaucourt les Dames

berteau1.JPG (15954 octets)
   
bert.JPG (25349 octets)
 
sceaux.JPG (25586 octets)

d'azur à "3 poissons d'argent posés en fasce l'un sur l'autre"

Abbaye de Berteaucourt les Dames

lithographie de Delaporte  à Amiens d'après un dessin de Duthoit -1835-[archives diocésaines d'Amiens, réf : DA.744] source Aux sources de la Nièvre en Picardie; Lucien Groué (2000)
Sceau de l'Abbaye de Berteaucourt les Dames (source les sceaux du Ponthieu par    Belleval) -  " réédition1984"

 

- Gautier, serait, selon la tradition orale, né vers l'an 1010, à Aindiville, petite commune du Vimeu. Il devint professeur de grammaire et de philosophie. Un jour, il décida de se cloîtrer en l'abbaye de Rebais en Brie (S. et M;). quand l'abbaye de Pontoise (val d'Oise) fut fondée, il en devint le premier abbé.
- Vers l'an 1092, la Vierge lui  serait apparuedemandant lui de créer un monastère de dames à Berteaucourt. IL répondit à cet appel et vint à Berteaucourt près de Domart en Ponthieu. Il aménagea un ermitage à proximité de la rivière aujourd'hui appelée Nièvre et la tradition prétend qu'il fit jaillir une source en ce lieu de retraite. Par la suite, une chapelle fut érigée et prit le nom de Saint Gautier.
- Bien qu'il fut isolé dans son ermitage, l'action de l'ermite fut vite connue dans les environs et les pélerins affluèrent; parmi deux dames Godelende et Héleguide. La dame du lieu qui l'avait autorisé à s'installer sur sa terre, s'inquieta pour ses récoltes qui riquaient d'être piétinées par la foule, lui demanda de partir. Il retourna donc au monastère de Pontoise où il mourut le 8 avril 1099
- Godelende et Héleguide, déçues par l'abandon de l'ermite, décidèrent de reprendre à leur compte la fondation du monastère.
- La dame du lieu étant décédée, elles achetèrent aux héritiers la parcelle que l'ermite avait choisi.Leur projet prit forme en 1093
- Par lettre du 7 novembre1095, l'évêque d'Amiens Gervin leur donna l'investiture canonique en synode (assemblée religieuse) à la condition qu'elles suivissent la régle de Saint benoît, qu'elles resteraient soumisent à l'évêque qui, si le monastère prenait de l'excroissance, donnerait l'investiture à l'abbesse que les religieuses auraient choisie. Héléguide "encore dénommée Helchuide" fut considérée comme étant la fondatrice du monastère et Godelande comme la première abbesse.
- A ses débuts, l'abbaye était appelée Notre-Dame du Pré  (Sainte Marie de prato, Sainte Marie deWast, de Wasto) où Sainte Marie de Berteaucourt. Par la suite, le village, prit le nom de Berteaucourt les Dames
- L'abbaye reçut bientôt ses premières donations.

- Exrait du livre "Aux sources de la Nièvre en Picardie; Lucien Groué (2000)"

 

berteaucourt491.jpg (41032 octets)
'
berteaucourt492.jpg (22947 octets)

L'abbaye de Berteaucourt les Dames "au début du XXéme siècle"

'collection Jacques Cuvelier. Tours en Vimeu'

 

berteaucourt1.JPG (22200 octets)
berteaucourt2.JPG (19099 octets)

7.01.2004 L'abbaye de Berteaucourt les Dames "aujourd'hui"

 

- 1108 sous l'évêque Godefroy et la seconde abbesse Risende; première trace écrite qui accrédite l'existence du village de Bucione,
- Il existe aux Archives départementales de la Somme sous la côte "80.904. LXVI H2" un parchemin original daté de l'an 1108 de , d'un format 630*480, jadis scellé, en parfait état de conservation. Ce document fut traduit en 2002 par Messieurs Jean Michel Leroy et Michel Perrin, professeurs de lettres classiques.
- Cette bulle confirme les priviléges et les possessions des moniales de l'abbaye de Berteaucourt les Dames.
- au paragraphe 25 : l'évêque Godefroy confirme  les revenus ecclésiastiques, la possession par  l'abbaye de Berteaucourt " Les deux tiers de la dîme de l'église de Bucione et une résidence dans l'atrium de la même villa"
- sous le même évêque on reléve le rappel que l'abbaye de Berteaucourt par la concession de l'évêque Godefroy posséde les revenus ecclésiastiques et le cimetiére de Bouchon " habet altare et atrium de Bucione" complété par le fait que Hanide de Bouchon changeast son état et se fit religieuse, donna à l'église Sainte Marie de Bertaucourt " deux gerbes de blé de la dixme dudit village du consentement  de ses fils Bernard gauthier ( 66.H.1, page 339 et 449)
- cette possesion est confirmé en 1176 par la bulle du pape Alexandre III
- L'abbaye de Berteaucourt conservera dés lors la totalité des dîmes et l'abbesse sera présentratrice. (Darsy bénéficede l'église d'Amiens: 4,36 note 5)
- 1718: Nous confirmons et mettons au seing au defsus des biens, dont jouissoit déja le monastère lorsque nous lui accordons le présent privilège; savoir " deux part de la dixme de la paroisse de Bouchon, et un manoir dans le cimetière du même village "recueil pour servir l'histoire d'Abbeville et celles de plusieurs localités du Ponthieu" mémoire historique de Godart de beaulieu, ancien maire d'Abbeville -(manuscrit ancien n°120 BBMA) - 'fol°25 extrait du cartulaire de l'abbaye de Berteaucourt- 1718.
-En 1790 l'abbaye de Berteaucourt est  toujours décimateur
- le plan terrier de Jourdain de l'éloge daté de 1777 ( E.346) permet de localiser avec exactitude cett possession

Présentation de la page

- 1) Photo du parchemin de 1108
-2) photo "extrait du paragraphe 25 "et duas partes decime ecclesie de Bucione, et mansuram unam in atrio ejusdem"
-3) texte en latin de la bulle
- 4) texte de la bulle traduit par Messieurs Jean Michel Leroy et Michel Perrin, professeurs de lettres classiques.
-5) état des biens en 1788
-6) photo de la localisation sur le terrier de Jourdain de l'éloge

 

Extrait de la bulle de l’évêque Godefroy, traduit par Jean.Michel Eloy et Michel.Perrin
 les deux tiers de la dîme de l’église de Buccione, et une résidence dans l’atrium de la même villa.

 

- Godefroid. évêque  Amiens. confirme les Qrivilèges et les Possessions des moniales de Berteaucourt (A. Original, Arch. dép. Somme, LXVI H 2. Dim. 630 x480. Jadis scellé.) *

-1 Au nom de la Trinité sainte et indivisible, Père, Fils et Saint-Esprit. Ains soit-il.  *-2 Godefroid, évêque d'Amiens par la grâce de Dieu, président du synode, a dit dans l'église de la Mère de Dieu, la très glorieuse Mar *-3 Très chers, nous, qui occupons le rang de pasteur dans l'Eglise, devons toujours veiller avec un soin attentif et avec une vigilance permanente sur le troupeau du Seigneur qui nous a été confié par Dieu, *-4 et imiter dans la mesure de nos propres forces le pasteur Lui-même, Lui qui, comme dit David, « n'a pas dormi et ne dormira pas en gardant Jérusalem ». En effet, du haut des murs de la terrestre Jérusalem, *-5 qui est asservie, étant située dans une vallée de larmes à cause de la faute de notre premier père, nous sommes institués gardiens avec ses fils, d'où il s'ensuit qu'à tout moment, du haut de ces murs, nous devons veiller sur elle pour la protéger contre toute attaque hostile d'où qu'elle vienne *-6 et nous devons prendre des mesures de sage prévoyance pour empêcher les inquiétudes menaçantes, que leur donnent les appétits des impies qui ne pensent qu.à voler, et les dommages et les dévastations qui surgissent contre elle, afin d.éviter que, pressée par les méfaits inattendus des pervers, notre négligence ne laisse perdre *- 7 les biens offerts par les fidèles eux-mêmes pour payer les soldats de Dieu. Car les biens des pauvres, ce sont les possessions de la Jérusalem d.ici-bas, c'est-à-dire de l'Eglise, pour payer les soldes que l'on doit à ceux qui combattent activement pour la foi, *-8 les petits pécules des pélerins et des hôtes, la réparation des églises, le rachat des prisonniers et même des enchainés, pour que la Justice de ceux qui abandonnent leurs biens à l'Eglise -au nom d'un vreu de perfection ou pour prix de leurs fautes -et qui distribuent leurs dons régulièrement, demeure éternellement exaltée en gloire.C'est pourquoi, moi, Godefroid, évêque d'Amiens par la grâce de Dieu, et les personnes qualifiées rassemblées aujourd'hui avec nous dans le combat de la foi au synode d'Amiens, armées du zèle de la foi et du glaive de l'esprit, en consacrant un décret de ferme garantie, rédigé sur le terrain, destiné à rester perpétuel, à propos des biens du monastère de la Vierge Marie, *-II nous excommunions et nous retranchons du corps de l'Eglise, comme membres de la famille, en les vouant à être réduits en cendres par les feux éternels, et à être rongés par les vers immortels, ceux qui auront prétendu se donner le droit de prendre, de dissiper, 'de mettre à part, de distribuer les propriétés, les domaines, leurs hôtes, les servantes, les troupeaux, l'or, l'argent, les pierres précieuses, ou n'importe quel autre bien mobilier ou immobilier concernant la nourriture ou les décorations du dit monastère, qui, en accueillant le sexe faible dans la religion monacale, unit la fleur virginale à la fleur des jeunes filles. D'autre part, sous l'autorité de la présente pièce, *-14 porteuse de notre décision et de notre jugement écrits, que lui soient ajoutés légalement tous les dons à l'avenir, ainsi ce qui a déjà été donné par les fidèles. Et parce que nous souhaitons que les vierges consacrées mènent en ce lieu une vie sereine et tranquille en toute piété et chasteté, exemptes de toute corvée, nous décidons et confirmons par le présent privilège, ce que nous savons avoir été établi par notre prédécesseur Gervinus dans ses propres actes synodaux: *-16 elles ne doivent rien payer à nous ou à nos successeurs et à leurs ministres, mis à part ce qui est dû aux chanoines, à la fois pour les impôts synodaux et les comptes de tournées, non pas cependant en ce qui concerne le monastère qu'elles habitent, *-17 qui a déjà été exempté et que nous exemptons de ces usages, mais en ce qui concerne les autres églises qui leur sont échues, ou leur échoiront. Quant aux convocations au synode, nous les en dispensons complètement, *-18 à moins qu'elles dy viennent soit d'elles-mêmes pour leurs propres besoins, soit contre leur gré ou poussées par un adversaire pour demander la manifestation de notre arbitrage, à savoir de leur dispense de charges et de corvée, *-19 afin que, avec les anges sacrés dont elles imitent la chasteté, libres du vacarme des affaires séculières, et se consacrant aux prières ainsi qu'à la contemplation, elles contemplent la face du père céleste. *-20 Mais quand l'abbesse de ce lieu sera décédée, et se sera acquittée de la dette de toute chair, qu'elles choisissent une sreur de moeurs honnêtes, sans ruse, sans vénalité, et éloignée de toute ambition, en préférant dans leur choix d'une basse naissance la sainteté et la sagesse à la noble extraction. *-21 Quand celle-ci aura été choisie, qu'elle soit présentée au prélat de notre Eglise, afin qu'elle reçoive de lui la consécration et l'intronisation. *-22 Puisque nous confirmons les possessions desquelles le monastère était déjà enrichi quand nous lui avons confirmé le présent privilège, nous les avons validées. L'église de Berteaucourt, avec l'atrium et toute la dîme de l'autel et de la maison, ainsi que le pré adjacent à leur monastère, et le cours d'eau riverain pour tous leurs besoins, *-23 le moulin, la terre et le bois, qui ont été attribués au monastère lui-même, et dans la même villa de Berteaucourt la camba qui n~a jamais rien payé à personne, sauf aux religieuses de la susdite église, et le four unique, *-24 et le bois de Haldinel pour chauffer ce four, et deux tiers de la dîme de Herrolcourt et une camba près du château voisin de Domrihnedardum. L'autel de Sainte Marie à Ham, et *-25 la moitié de la dîme de la maison de Hardenval, et la moitié de la dîme de l'autel et de la maison de Herravesnes, et une partie de la dîme de maisnil Ursionis, et les deux tiers de la dîme de l'église de Buccione, et une résidence dans atrium de cette même villa *-26 et les deux tiers de la dîme de l'église de Berdon, et les deux tiers de la dîme des récoltes de l'église de Meroputeum, et l'autel et l'atrium de Raastrum, et l'autel et l'atrium de maitre Leodegarius, *-27 et un tiers de la dîme de Colretum, et l'autel et l'atrium de Sircampum, et un tiers de la dîme de Finvile, et aussi les deux tiers de la dîme du terroir d'Hairaudicourt. Aussi les deux tiers de la dîme du terroir de Sainte Marie, *-28 que possédait Walter Husecos. Nous confimons aussi par ce même privilège le domaine dans lequel se trouvent cette même église de toute la villa et le bois et tout ce qui le concerne, par don de Dernardus Lupullus, Oilardus Vitulus et leurs héritiers. *-29 Moi évêque Godefroid j'ai signé le premier le présent décret de privilège qui doit rester perpétuellement par le don de Dieu + signatures de: évêque Godefroid, doyen Rogerus, archidiacre Fulco, archidiacre Ingelramnus, abbé Gualterus, *-30 abbé Radulfus, abbé Normannus, abbé Robertus, préposé Otbertus, chantre Rogerus, trésorier Rainerius, prêtre Anscherus, doyen Gundeguinus. *-31 Fait en l'an 1108 de rincarnation du seigneur, indictione I, sous l'épiscopat de Godefroid, la première année du règne de Louis, sous le consulat de Ingelrannus. Co-signé par le vice-chancelier Giraldus.Texte traduit du latin par Messieurs Jean Michel Eloy et Michel Perrin, professeurs Amiens

- Godefroid, évêque Amiens, confirme les privilèges et les possessions des moniales de Bertaucourt A.     Original, Arch. dép. Somme, LXVI H 2. Dim. 630 x480. Jadis scellé.

1/ IN nomine sancte et individue Trinitatis Patris et Filii et Spiritus Sancti. Amen. /02/ Godefridus gratis Dei urbis Ambianis episcopus, sinodo presidens, in ecclesia Dei genitricis, et gloriosissime Mari~ dixit. /03/ Oportet nos dîlectissimi qui in ecclesia vicem pastoris tenemus, cura sollerte, et animo jugiter vigilante super dominicum gregem qui nobis a Deo creditus est, /04/ semper intendere, et pro viribus nostris pastorem Ipsum imitari, qui ut ait David "non donnitavit neque donniet custodiens Jerusalem". Super muros enim Hierusalem terrestris qu~ IN /05/ val1e lacrimarum primi parentis culpa posita servit cum filiis suis custodes constituimur unde omni tempore ei ab hostili incursu undique debemus providere, et ex cupiditatibus perfidorum /06/ rapinas ambientium inquietationes imminentes, dampna quoque et exterminia contra se emergentia provida sagacitate oportet nos precavere, ne repentinis perversorum oppressa injuriis, /07/ res ad atipendium Christi militum a fidelibus ipsis delegatas negligentia nostra deperdat. In istis nempe hujus Hierusalem id est ecclesie rebus instituuntur pauperum patrimonia strenue militantium stipendia debita, /08/ peregrinorum et hospitum susceptacula, ~cclesiarum reparatio, captivorum etiam compeditorumque redemptio, quatinus illorum justitia qui eas ~cclesi~ aut pro perfectionis voto, aut pro peccatorum precio derelin-/09/-quunt, et qui derelictas fideliter distribuunt, in perpetuum maneat in gloria exaltata. Quocirca ego Godefridus Dei gratia Ambianensis episcopus, autentic~que person~ in procinctu fidei hodie /10/ nobiscum in sinodo Ambianis congregate, zelo fidei, gladio spiritali accincte, firmi muniminis mansurum in perpetuum decretum rebus monasterii perpetu~ virginis Mariae de prato /11/ conscribendo sancientes, anathematizamus, et a corpore ecclesie  velut membra patria resecamus eternis ignibus concremandos, et vennibus inmortalibus corrodendos destinantes eos omnes, qui 1121 invadere, lacerare, separare, jurique suo assignare presumpserint, pr~die, possessiones, hospites suos, ancillas, pecora, aurum, argentum, gemmas, vel quelibet alia mobilia seu inmobilia ad /13/ victum vel omatum dicti monasterii pertinentia, quod sexum fragilem in monastica religione continens flori virginum florem conectit virgineum. Sub hac autem consignatione hujus /14/ conscript~ constitutionis atqu~ sententi~, sint donaria omnia lega1iter ei adicienda in futurum [et] qu~ jam dono fidelium accesserunt. Et quia desideramus ut absque ulla angariatione quietam /15/ et tranquillam vitam virgines sacr~ in omni pietate et castitate inibi agant, instituimus, et presente privilegio confinnamus quod  14 ab antecessore nostro, Gervino in sinodalibus gestis suis confinnatum 1161 privilegio cognovimus, ut nichi1 nobis aut successoribus nostris eorulnmque ministris  persolvant, excepta reverentia canonica et sinodalibus censibus et circumitionum redditibus non tamen pro eo in quo habitant /17/ monasterio quod ab his jam absolutum est et nos absolvimus consuetudinibus sed pro aliis ~cclesüs qu~ titulo suo accesserunt, vel accessur~ sunt. Evocationes autem ad sinodum eis omnino remittimus, /18/ nisi aut sponte pro necessariis sibi causis accesserint, aut invitat~ seu pulsat~ ab aliquo adversi, eas habente causas indicium nostr~ diffinitionîs exigentes, hoc scilicet eis oneris laborisque remit-/19/-tentes ut cum angelis sanctis quorum castitatem imitantur , a strepitu mundialium negotiorum vacantes orationibus et contemplationi pariter msistentes, patris celestis faciem contemplentur .Cum vero /20/ abbatissa loci univers~ carnis debita persolvens obierit, probat~ vit~ sororem, sine dolo, sme venalitate, et omni semota ambitione eligant, personis nobilibus sanctitatem, prudentiam genere inferiorum /21/ in eligendo preferentes. Que cum electa fuerit, ecclesie hujus antistiti presentetur , ut ab eo consecrationem et intronizationem suscipiat. Possessiones quibus jam hoc ditabatur monasterium, cum ei presens /22/ firn1avimus privilegium subscripsimus. Aecclesiam de Bertolcurt, cum atrio et omni decima altaris et [ case], pratum quoque adjacens monasterio earum, et aquam preterfluentem ad omnia sibi necessaria, /23/ et molendinum et terram, et nemus qu~ ipsi monasterio divisa sunt, et in eadem villa de Bertolcurt cambam qu~ nulli quicquam persolvit, nisi sanctimonialibus predicte ~cclesie, et fumum unum, /24/ et nemus de Haldinel ad ipsum fumum calefaciendum et duas partes decime  de Herrolcurt et apud Domnimedardum vicinum castellum cambam unam. Altare de sancte  Marie Ham, et medietatem 25/ decim~ cas~ de Hardenval et medietatem decim~ altaris et cas~ de Herravesnes, et partem decim~ de maisnil Ursionis, et duas partes decime ecclesie de Buccione, et mansuram unam rn atrio ejusdem 26/ vill~ et duas partes decim~ ~cclesi~ de Berdon, et duas partes decim~ annonarum ~cclesi~ de Meroputeo et altare de Raastro et atrium, et altare et atrium de domno Leodegario, et tertiam partem /27/ decim~ de Colreto, et altare et atrium de Sircampo, et tertiam partem decim~ de Finvile, duas quoque partes decime de territorio Hairaudicurtis. Duas quoque partes decim~ de territorio sancte  /28  Marie, quas Walterus Husecos tenuerat. Predium, quoque in quo eadem ecclesia ex tota villa et nemus et cetera ad illud pertinentia, sita sunt, Bemardo Lupello, et Oilardo Vitulo, et eorum heredibus concedentibus, eodem privilegio firn1amus. /29/ Ego Godefridus episcopus huic perhenniter dono Dei mansuro privilegii decreto primus subscripsi. + Signum Godefridi episcopi. S. Rogeri decani. S. Fulconis archidiaconi. S. Ingelramni archidiaconi. S. Gualteri abbatis. /30/ S. Radulfi abbatis. S. Nonnanni abbatis. S. Roberti abbatis. S. Otberti prepositi. S. Rogeri cantoris. S. Raineri thesaurarii. S. Anscheri sacerdotis. S. Gundeguini decani. /31/ Actum est anno dominice incarnationis MCVIII, indictione 1, Godefrido episcopo, anno primo regni Ludovici, Ingelranno consule. Giraldus vices cancellarii exequens subscripsit.

 

1788. Municipalité de Bouchon  (A.D.1.c.2174)

Etat des domaines, forêts du roi, Biens patrimoniaux des Princes du sang, de l'ordre de malte, des Hôpitaux fitués dans l'étendue de ladite municipalité
nota: il faudra inscrire dans les colonnes de la Nature des biens, les Moulins, Manoirs amazés ou non amazés, les Dîmes inféodées ou autres, Champart, Censives, Travers, Péages, Droits seigneuriaux, tous autres ayant quelque produit.On aura pour la formation des etats de l'autre part
Nom des propriétaires ou des détempteurs actuels
-1) Madame Carondelet, abbefse de l'abaÿ de Bertaucourt, décimateur de la dixme de Bouchon, bien de notre fabrique, il sentrouvent vingt cinq journeaux estimés, déduction des charges et des entretiens de laditte église, est le refte à la somme de cent cinquante livres
- 2) Monsieur Pointard curé de Bouchon, le presbytère contenant environ quatiel es 1/2 et trois journeaux 1/2 de terre de presbytère, estimé au total trente livres
Nature des biens
la dixme estimé à mil livres
Nom des seigneuries ou font situés les biens
- Monsieur Jourdain de l'éloge, feigneur de Bouchon pour deux tiers
- Monsieur de Rambures pour un tiers, un cha----, chapart de revenu de trois cent livres
Observations particulières à chaque efpèce de biens
- Bien des paroifses difent que la dixme doit fixer les revenus du terroir et nous difons et appofons le contraire attendut qu'il y a deduction afaire la griculture, telle que le labour, semance, le chariage est amendement.
Nota
- il coute pour un journelle de terre remis en bled tant pour labour, semance, le chariage est amendement;  soixante livres
- par confséquent pour soixante journeaux, il coute la fomme de 3.600 livres et pour 50 journeaux de bled lentilleux, il coute  pour un  journel la fomme de 24 livres; total de 1.200 livres.
- pour 40 journeaux de petite terre, remy en lentille, il coute pour un journelle 24 livres ; total de 960 livres
- quatre vingt journeaux davoine, il coute pour un journelle 12 livres ; total de 960 livres
- trente journeaux --- warats que ------ qui coute  pour un journelle 20 livres ; total de 600 livres
- cent vingt journeaux de petite terre, remis en avoinne, il coute pour un journelle 14 livres ; total de 1680 livres
- tous les fomme cy dfsus en femblés montantes encore la fomme de 600 livres, quil coutes, et il nous reste pour revenus de notre territoire la fomme de 4.000 livres
Observations générales sur ce qui seft pratiqué jufqu'a prefent et sur ce qui feront a faire par l'impofition des vingtièmes dans la paroifse
  Nous fommes tres respectuefement, messieurs vôtres humbles et tres obeissan ferviteur, les notables de la municipalité de Bouchon es avons signés; Longuet sindic; Lejeune sindic adjoint; Louis Noitier; Firmin Longuet

 

terrier1.JPG (51786 octets)

 

- Lettre d'henry IV au marquis de Pizany, chevalier, de mes ordres, conseiller en mon conseil d'état, ambasseur auprès du pape pour assurer la nomination à la fonction d'Abbesse de la l'Abbaye de Berteaucourt d'Angélique d'Estrée, soeur de sa maîtresse Gabrielle d'Estrée.

Monsieur le Marquis

- Je vous prie de présentez à notre Saint Pére le pape, les lettres que présentement je luy escriptz et suivant icelles, intercéder et vous employer envers sa sainteté à ce que le bon plaisir d'icelle soit à ma nomination, prière et requeste, pourveoir soeur Angélique d'Estrée, religieuse de l'Abbaye de de Poissy, de l'Abbaye de Berteaucourt, ordre de Saint Benoit, diocése d'Amyens, vacante par le trépas de feu Anne Anthoinette Halvin, dernière abbesse d'icelle, luy octroyant et faisant à ceste fin expédier touttes et chacunes les bulles, dispenses et provisions  qui pour ce luy seront necessaires suivant les mémoires et supplications qui en seront présentaes à sa ditte Sainteté; et vous mr ferez service fort agréable en ce faisant
- Priant Dieu, Monsieur le Marquis, vous avoir en sa Sainte et digne garde
- Escript à Paris le XXVIéme jour d'avril 1586 -      Henry

 

Retour page Sommaire